top of page
  • Photo du rĂ©dacteurEmilie HervĂ©

Syndrome de l'autoroute 🚙

BouffĂ©es de chaleur, cƓur qui s'emballe, vertiges, respiration haletante... font partie des nombreuses manifestations du "Syndrome de l'autoroute".


Quels sont les risques de la conduite sur autoroute ?


La conduite sur autoroute, bien qu’étant proportionnellement jusqu’à 10 fois moins dangereuses que les routes nationales et dĂ©partementales, n'est pas sans risque. Il est donc nĂ©cessaire d’ĂȘtre sensibilisĂ© aux dangers de la vitesse et Ă  ses effets sur vous.



Les autoroutes enregistrent une forte hausse de la mortalité (+12 %), passant de 263 tués en 2019 à 294 tués en 2022.

En 2022, l’accidentalitĂ© sur autoroute reprĂ©sente 9 % de la mortalitĂ© routiĂšre, contre 32 % sur les voies en agglomĂ©ration (stable par rapport Ă  2019) et 56 % sur les routes hors agglomĂ©ration (-1 % par rapport Ă  2019).

En termes de blessés graves, le nombre de blessés graves hors agglomération est en hausse de +1 % avec une estimation de 7 655 blessés graves.


Des accidents qui s’expliquent par la convergence de nombreux facteurs : une vitesse Ă©levĂ©e, une perte de vigilance ou encore par la consommation d’alcool, de drogues ou de mĂ©dicaments.



Quels sont les effets de la vitesse sur le conducteur ?


Sur l’autoroute, les vitesses autorisĂ©es sont Ă©levĂ©es (entre 110 et 130 km/h). Conduire sur ces voies nĂ©cessite que vous soyez en forme, et que vous sachiez repĂ©rer les signes pour vous Ă©viter une conduite dangereuse.


En effet, plus la vitesse augmente, plus le champ visuel se rĂ©duit. Par exemple : Ă  130 km/h, votre vision n’est que de 30° (150° Ă  0 km/h).


À cette vitesse, vous vous fatiguez plus vite. Votre vision doit s’adapter sans cesse, ce qui induit un stress supplĂ©mentaire dans votre organisme. Vous vous fatiguez alors plus vite, et ĂȘtes davantage susceptible de perdre votre vigilance. 2 facteurs important d’accident.



Qu’est-ce que la peur, la phobie, l’amaxophobie ?


La peur est un phĂ©nomĂšne psychologique qui se manifeste par une Ă©motion forte. La peur est la prise de conscience d’une menace ou d’un danger plus ou moins rĂ©el. Selon les personnes (son histoire, ses expĂ©riences, son niveau de compĂ©tences
) la perception du danger peut ĂȘtre d’une intensitĂ© plus ou moins forte et vous provoquer une crise de panique. DĂšs lors que cette peur devient une peur irrationnelle et obsĂ©dante on utilisera le terme phobie.


Quand une peur irrationnelle et excessive intervient sur la conduite automobile, elle est appelĂ©e l’amaxophobie, une incapacitĂ© Ă  rationaliser les risques de l’activitĂ© de conduite. La route devient une ennemie et les sujets rencontrants ce problĂšme ne donnent aucune valeur Ă  son permis de conduite, car il est persuadĂ© qu’il va provoquer un accident lors de sa conduite.

Cette phobie peut avoir des consĂ©quences violentes telles que la frustration, la dĂ©pendance, l’incomprĂ©hension et parfois le rejet.


Comment vaincre ses peurs ?


Certaines auto-Ă©coles proposent des formations spĂ©cifiques afin de redonner confiance aux conducteurs, traiter d’éventuels traumatismes liĂ©s Ă  la conduite et permettre un nouveau dĂ©part avec la conduite automobile.


D'autres solutions existent, comme la technique des Thérapies Cognitives et Comportementales (TCC), l'hypnose ou la psychothérapie.


Quelles différences entre la peur et le Syndrome de l'autoroute ?


À la diffĂ©rence d'une peur ou d'une angoisse, le Syndrome de l'autoroute est une manifestation sensorielle dĂ©gradĂ©e qui peut engendrer des vertiges et une vĂ©ritable sensation de mal-ĂȘtre.


Il s'agit d'un problĂšme de perception de la vitesse par l'Ɠil ou l'oreille interne, qui envoient une mauvaise information au cerveau et engendre, notamment lors d'un virage ou d'un dĂ©passement, une sensation d'aspiration ou de bascule.


À la diffĂ©rence du mal des transports, le conducteur ne rencontre aucune difficultĂ© Ă  rouler Ă  faible allure (en ville). C'est bien Ă  partir d'une certaine vitesse que se dĂ©clenche le Syndrome de l'autoroute, le cerveau n'Ă©tant pas suffisamment habituĂ© Ă  ces grandes vitesses.


Lorsque cela intervient les premiĂšres fois, cela s'accompagne souvent d'une crise de panique et peut engendrer une peur qui peut Ă©voluer vers une phobie. Le Syndrome de l'autoroute peut donc ĂȘtre le dĂ©clencheur de la peur de l'autoroute.



Comment soigner le Syndrome de l'autoroute ?


La rééducation vestibulaire peut aider à traiter ce Syndrome de l'autoroute par des exercices progressifs en utilisant 2 mécanismes :

> L’habituation, qui diminue l’intensitĂ© de la rĂ©ponse par rĂ©pĂ©tition de la stimulation.

> L’adaptation, qui aboutit Ă  une rĂ©organisation des circuits neuronaux.


Cette rééducation s'effectue en s'adaptant à l'état de chaque patient afin de ne pas déclencher de réactions dites de "défense" (nausées, vertiges, bouffées de chaleur...).


Votre cabinet de Biganos est équipé de la solution de réalité virtuelle Virtualis (fauteuil, volant de simulation et casque VR) qui permettent de reproduire les situations et de s'immerger dans des cas concrets. Le but étant à la fois de rassurer le patient et d'entraßner le cerveau et l'oreille interne.



28 473 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout

1 Comment


Markus Winter
Markus Winter
Jul 27, 2023

Vouloir ce mĂȘlĂ©e des problĂšme des autres... C'est en soit un problĂšme, c'est Ă  cause de sa que l'Ă©tat français est sont soit disant systĂšme d'aide Ă  bousillĂ© m'a santĂ© ma vie et ma foutu dans la merde

MĂȘlĂ©e vous de votre culs (°π°)

Like
bottom of page