top of page
  • Photo du rédacteurEmilie Hervé

Maladie de Ménière

Vertiges soudains, nausées et vomissements ou acouphènes ?

Vous souffrez peut-être du syndrome de Ménière, on vous explique.


Quels sont les signes de la maladie de Ménière ?


Dans un premier temps, les symptômes peuvent être partiels :

  • Une baisse de l'audition ;

  • Une sensation d'oreille bouchée et/ou des acouphènes ;

  • Des crises de vertiges isolés.

Puis quand les crises sont plus importantes, les 3 symptômes sont simultanés.


La maladie de Ménière est une maladie chronique, qui se caractérise donc par des crises de vertiges accompagnés d’une perte progressive de l’audition, ainsi que des acouphènes (bourdonnements dans l’oreille atteinte), le plus souvent dans une seule oreille.


Les crises de vertiges sont parfois précédées de quelques signes précurseurs, mais elles surviennent le plus souvent de façon brutale :

  • une sensation d’oreille bouchée ;

  • une perte partielle d’audition accompagnée ou non d’acouphènes ;

  • une sensibilité aux sons ;

  • des étourdissements ;

  • une perte d’équilibre.

Le diagnostic peut donc être difficile à poser au début de la maladie et il faut effectuer plusieurs examens complémentaires pour arriver au diagnostic : l’examen vidéonystagmographique, le test VHIT, les potentiels évoqués otolithiques, le bilan audiométrique, IRM de l’oreille interne.


Quand et comment apparaissent les premiers symptômes ?


La Maladie de Ménière est une maladie de l'oreille interne (c’est la partie la plus profonde de l’oreille qui assure l’audition et l’équilibre).

Elle est liée à un dysfonctionnement ou déséquilibre de la pression des liquides normalement contenus dans l’oreille. Malgré de nombreuses études, la cause précise reste encore incertaine : on incrimine une origine virale ; auto-immune ; allergique ou une participation génétique héréditaire (jusqu’à 20 % des membres d’une même famille peuvent être atteints de la maladie).

La maladie de Ménière apparaît le plus souvent entre 40 et 60 ans, même si des cas ont été décrits chez les enfants. Elle touche jusqu'à 3 fois plus de femmes que d’hommes.


C'est une maladie qui évolue par phase, avec des périodes de poussées et des périodes d’accalmie. L’évolution est très variable d’un patient à l’autre et elle peut devenir bilatérale.


Au cours des premières années de la maladie, les crises de vertiges tendent à s’intensifier. Puis, avec le temps (de 5 à 10 ans), elles se font plus rares et leur intensité s’atténue progressivement.


Certaines personnes souffrent d’une perte d’audition ou de troubles de l’équilibre permanents et irréversibles. En effet, durant les crises répétées, des cellules nerveuses responsables de l’équilibre peuvent être détruites. Il en va de même pour les cellules responsables de l’ouïe.


Comment soigner la maladie de Ménière ?


Il n’existe pas de traitement pour la maladie de Ménière. Il est possible, en revanche, de traiter certains symptômes.


Les vertiges

Grâce à la rééducation vestibulaire. Cette rééducation sensorielle de l'équilibre qui utilise l'interaction entre la vision, l'organe de l'équilibre situé dans l'oreille interne, les capteurs mécaniques des muscles de la colonne rachidienne et des pieds.

Si les vertiges persistent entre les crises, il peut être utile de suivre des séances de rééducation vestibulaire avec un kinésithérapeute. Ces séances permettent de compenser le mauvais fonctionnement de l’oreille interne et du vestibule (qui contrôle l’équilibre) grâce à divers exercices.

Le kinésithérapeute peut enseigner des exercices à faire chez soi qui permettront de réapprendre à garder l’équilibre. Les exercices consistent principalement à faire des mouvements de la tête et du corps pour corriger la sensation de perte d’équilibre. Ils entraînent le cerveau à utiliser des repères visuels et proprioceptifs différents pour maintenir l’équilibre et la démarche.



La surdité

Lorsque les pertes d’audition sont importantes, des prothèses auditives peuvent aider à mieux entendre. Elles sont parfois difficiles à adapter, car la perte d’audition est souvent fluctuante chez les personnes atteintes de la maladie de Ménière. N'hésitez pas à consulter un audioprothésiste.


Les vomissements et vertiges

Durant une crise, les médicaments contre la nausée ou contre les vertiges peuvent apporter un soulagement temporaire.

Le traitement de fond a pour but de diminuer la fréquence des crises de vertiges. Il n’est pas systématique et son efficacité est variable. Malheureusement, aucun traitement ne s’est avéré efficace chez toutes les personnes atteintes.


Tous les symptômes

La chirurgie est réservée aux cas réfractaires et graves, car elle peut avoir pour conséquence une perte d’audition dans l’oreille traitée.

Des mesures chirurgicales peuvent être prises pour réduire la pression dans l’oreille interne ou pour supprimer le rôle de l’oreille interne touchée dans le maintien de l’équilibre : ablation du labyrinthe, section du nerf vestibulaire, ou injection d’une substance sclérosante dans le labyrinthe.


Comment prévenir les symptôme de la maladie de Ménière ?


Puisqu’on ne connaît pas la cause exacte de la maladie de Ménière, on ne dispose actuellement d’aucun moyen de la prévenir.

De plus, on ne connaît pas de facteurs de risque liés à cette maladie, mais il semble que les éléments ci-dessous puissent déclencher des crises de vertige chez les personnes atteintes de la maladie :

  • une période de stress émotionnel élevé ;

  • une grande fatigue ;

  • des changements de pression barométrique (en montagne, en avion, etc.) ;

  • l’ingestion de certains aliments, comme ceux qui sont très salés ou qui contiennent de la caféine.


Médicaments

Certains médicaments prescrits par le médecin permettent de réduire la pression dans l’oreille interne. Parmi ceux-ci figurent les médicaments diurétiques, qui engendrent une élimination accrue des liquides par l’urine.


Alimentation

Très peu d’études cliniques ont mesuré l’efficacité des mesures suivantes à prévenir les crises et à en réduire l’intensité. Toutefois, d’après les témoignages de médecins et de gens atteints de la maladie, elles semblent être d’une aide précieuse :

  • adopter une alimentation faible en sel (sodium) ;

  • éviter la caféine, son effet stimulant peut aggraver les symptômes ;

  • limiter également la consommation de sucre ;

  • manger et boire régulièrement aide à réguler les fluides corporels.

Mode de vie

  • Réduire son stress, puisqu’il s’agirait d’un facteur déclencheur des crises ;

  • Éviter les allergènes ou les traiter à l’aide d’antihistaminiques ;

  • Ne pas fumer ;

  • Limiter la consommation d'alcool ;

  • Garder un éclairage important durant le jour, et un éclairage léger la nuit (afin de faciliter les repères visuels pour prévenir les chutes) ;

  • Demander conseil à votre médecin avant de prendre des anti-inflammatoires.


Conseils durant une crise :

  • S’asseoir ou se détendre ;

  • Fixer le regard sur un objet ;

  • Bouger la tête le moins possible, car même les petits mouvements accentuent les symptômes ;

  • Éviter la lumière vive ;

  • Privilégier le silence ;

  • Ne pas lire tant que les symptômes persistent ;

Une fois que la crise est passée, noter les symptômes afin de mieux les décrire à votre médecin et votre kinésithérapeute.

741 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page